titre-la-grosse-situation

La Grosse Situation est un collectif qui cherche à embarquer.
Elle rassemble des baroudeuses et baroudeurs qui trimbalent par monts et par vaux leur théâtre, de salles des fêtes en zones en friche, d’appartements en grands espaces, de villes en campagnes, là où les chemins se croisent.
Tout part souvent d'une question, se prolonge en mises en situations ou en immersions, et s'invente à plusieurs, avec une grande curiosité des gens et des enjeux de société, sacs au dos avec le mot sérendipité sous le bras ("trouver ce qu'on ne cherche pas en cherchant ce qu'on ne trouve pas", autrement dit "exploitation créative de l'imprévu").
Il y a alors des histoires, de l'intime, des défis, des détournements, des règles du jeu, de la réalité et de la fiction.

"On croit faire un voyage mais bientôt c'est le voyage
qui nous fait ou nous défait
"
Nicolas Bouvier

C'est souvent de cette manière que nous "faisons" nos spectacles.

Nous mettons au coeur de notre travail nos doutes et nos questionnements. Nous valorisons les détours et les chemins de traverse, nous partageons nos réalités et nos points de vues multiples avec le public. Nous vivons une histoire commune depuis longtemps, chaque nouvelle question entraine de nouvelles questions qui entrainent des tentatives de réponses prenant la forme parfois d'un spectacle, d'une performance, d'un livre, d'une itinérance.  Le public vient grossir notre géographie affective et participe de cette grande histoire.

Nous ne prenons pas un texte ou un ouvrage littéraire déjà existant pour parler du monde qui nous entoure. Notre «procédé» est plutôt du côté du documentaire pour employer le langage cinématographique, ou plus encore du côté du docufiction.
Notre démarche est de collecter dans le quotidien ou dans ce que nous appelons des immersions (par exemple être sur un chalutier pendant une semaine avec un équipage de marins-pêcheurs, Octobre 2010) la matière textuelle qui servira notre écriture: des bouts de phrases, des façons de parler, des émotions que nous digérons par la suite en y mêlant nos points de vue respectifs. Alors, nous creusons à partir de ce vécu ce que nous voulons raconter. Ensuite, puisque l'art théâtral est l'art de la transformation, nous amenons de la fiction dans la construction dramaturgique, afin de fabriquer le spectacle et faire vivre quelque chose de singulier aux spectateurs.

Le public éprouve souvent une sensation de «vrai». Et en effet, nous cherchons à ce que le spectacle soit un rendez-vous qui implique le public, qui l'engage le plus possible autrement que assis sur une chaise en position frontale.
Dès lors nous avons aujourd'hui une place quelque peu hybride, au croisement du théâtre dit de salle et du théâtre dit de rue. Disons que nous investissons les lieux tels qu'ils sont, qu'ils soient un intérieur ou un extérieur, sans chercher à les masquer ou à y faire rentrer un décor fabriqué.

Au cœur de La Grosse Situation, il y a un noyau dur : Alice Fahrenkrug, Bénédicte Chevallereau et Cécile Delhommeau.
Nous sommes exploratrices sensibles, comédiennes, auteures, joueuses, bricoleuses du quotidien, raconteuses d'histoires, chanteuses d'occasion, accompagnatrice moyenne montagne, botaniste.
Nous avons fait un pacte de camaraderie et menons depuis la barque ensemble.
Un vivier d'artistes nous accompagne (Clovis Chatelain, acteur, constructeur, technicien et acrobate / Césaire Chatelain, acteur, technicien et acrobate / Laurent Labat, graphiste et photographe / Thierry Lafollie, créateur sonore / Christophe Troquereau, éducateur populaire et naturaliste / Julie Chaffort, cinéaste et plasticienne / Lucie Chabaudie, coordinatrice artistique / Camille Florent, paysagiste, constructeur et scénographe / Olivier Villanove, conteur / Anthony Pouliquen, éducateur populaire / Léa Casteig, chargée de production / Agnès Rambaud, administration…). Avec eux nous constituons le collectif.  code-rouge